Cherchez la vérité à tout prix : Un appel à la libération de Zhang Zhan à l’occasion du premier anniversaire de sa détention

« Nous devons chercher la vérité et la rechercher à tout prix. La vérité a toujours été la chose la plus précieuse au monde. Elle est/représente/symbolise toute notre vie ».

Ces mots ont été prononcés par la courageuse « journaliste citoyenne » chinoise et ancienne avocate, Zhang Zhan. Pour elle, être à la recherche de la vérité signifiait se rendre à Wuhan, en Chine, en février 2020, au tout début de la pandémie de COVID-19. Une fois sur place, elle a mis en ligne sur Twitter et YouTube – tous deux bloqués en Chine – des vidéos et des articles relatifs à la crise.

Les reportages de Mme Zhang, et en particulier ses interrogations sur la question de savoir si la réponse des autorités chinoises à la pandémie avait porté atteinte aux droits humains, ont, sans surprise, provoqué l’ire du Parti communiste chinois (PCC). Le 14 mai 2020, il y a un an, jour pour jour, elle est arrêtée par la police de Shanghai dans sa chambre d’hôtel à Wuhan et emmenée dans un centre de détention à Shanghai.

Elle a ensuite passé sept mois en détention, période au cours de laquelle sa santé et son bien-être ont suscité des inquiétudes à plusieurs reprises, d’autant plus qu’elle poursuivait une grève de la faim pour protester contre ses conditions de détention.

Zhang Zhan

Le 28 décembre 2020, à l’issue d’un procès qui a duré un peu plus de deux heures, Mme Zhang a été condamnée à quatre année d’emprisonnement pour avoir « cherché querelle et provoqué des troubles », une terminologie fréquemment utilisée contre des militants. Depuis lors, elle est toujours en prison, et les avocats qui ont travaillé sur son cas ont également déclaré avoir été victimes de harcèlement et de pressions de la part des autorités. Un avocat a notamment été radié du barreau. Des rapports indiquent également que Mme Zhang poursuit une grève de la faim partielle.

Avec sa promesse courageuse de rechercher la vérité à tout prix, Il n’est pas très surprenant que Mme Zhang ait suscité une réponse aussi dure de la part du PCC. Sous Xi Jinping, le Parti est à l’origine d’une détérioration rapide et importante de la situation des droits humains, notamment du droit à la liberté de religion ou de conviction (LRC), qui a été accompagnée d’une sévère répression à l’encontre de ceux qui cherchent à les défendre.

Le PCC reste totalement imperméable à la vérité, niant à maintes reprises sur la scène internationale, les violations flagrantes des droits humains qu’il commet, et il tente de faire taire ceux qui suggèrent le contraire.

Mme Zhang n’est pas la seule journaliste à avoir été emprisonnée en raison de son reportage sur la pandémie de COVID-19. D’autres journalistes citoyens ont été portés disparus avant elle, notamment Chen Qiushi, Fang Bin et Li Zehua.

Gao Zhisheng

D’autres journalistes, avocats et défenseurs des droits humains sont également soit emprisonnés, soit portés disparus. C’est le cas de Gao Zhisheng, avocat spécialisé dans les droits humains et connu pour défendre les minorités religieuses. Il a été arrêté pour la première fois par les autorités chinoises en 2006.

Après avoir purgé de multiples peines de prison et avoir été porté disparu à plusieurs reprises, M. Gao reste introuvable depuis le 13 août 2017. On pense qu’il se trouve en détention quelque part.

« Je sais au fond de mon cœur que, pour que ce pays ait la paix et la liberté, le dévouement, l’abnégation et la souffrance physique sont nécessaires. Je ne peux pas le faire, mais je vais faire de mon mieux. »

Zhang Zhan

Alors que Zhang Zhan va entamer sa deuxième année en prison, la communauté internationale lui doit de s’inspirer de sa bravoure et de son engagement en faveur de la vérité pour défendre, elle aussi, la vérité, la justice et la démocratie en Chine. Les Nations unies et d’autres organisations doivent demander des comptes au PCC pour ses violations flagrantes des droits humains, notamment à Hong Kong, au Tibet, dans la région ouïghoure et ailleurs dans le pays.

A l’instar de Zhang Zhan, nous devons chercher la vérité à tout prix, nous devons rester inflexibles dans notre quête de justice, et nous devons nous engager à demander sa libération immédiate et inconditionnelle ainsi que celle d’autres personnes comme elle. #FreeZhangZhan

« J’espère que je parviendrai à faire une petite percée. Trop de gens ont peur de parler et de se battre pour la justice. »

Zhang Zhan

Ellis Heasley, Public Affairs Officer de CSW