Une tragédie en cours : Le déclin de la diversité religieuse au Moyen-Orient

Billet de Blog par Lord Alton of Liverpool

La région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MOAN) connait un déclin significatif de la diversité religieuse depuis ces dernières années. Si les anciennes communautés chrétiennes ont régulièrement souffert par le passé, aucun groupe religieux n’est cependant épargné par la tragédie actuelle ; les ahmadis, les bahaïs, les juifs, les yazidis et les zoroastriens ont tous été touchés, ainsi que les musulmans chiites et sunnites. Pour de multiples raisons, dans plusieurs pays de la région, des communautés minoritaires ayant des racines profondes remontant à plusieurs générations sont contraintes de quitter leurs terres ancestrales.

Irak et Syrie: Un cycle de violences sans fin

Depuis 2003, le nombre de chrétiens et de yazidis en Irak a considérablement diminué. Des milliers d’entre eux ont été tués et des centaines de milliers ont émigré à cause du terrorisme et de la violence sectaire. Ils ne reviendront jamais.

En 2014, l’État islamique (EI) a conquis Mossoul et les plaines de Ninive. Des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants non sunnites ont été tués ou réduits en esclavage. Une étude, réalisée par la Public Library of Science, estime que 3 100 yazidis ont été tués en quelques jours après l’attaque de 2014. Au cours des années suivantes, des dizaines de milliers de chrétiens irakiens ont émigré vers les pays voisins ; le nombre des chrétiens restant en Irak est aujourd’hui estimé à 250 000 contre 2,5 millions avant l’invasion de 2003.

Continue reading “Une tragédie en cours : Le déclin de la diversité religieuse au Moyen-Orient”

Massacres, famine et destruction gratuite : La communauté internationale doit agir rapidement pour sauver la région du Tigré en Éthiopie

Il y a des signes inquiétants qui indiquent que des atrocités sont commises au Tigré, où les civils sont les principales victimes du conflit opposant les armées d’Ethiopie, d’Erythrée, de Somalie et d’une milice alliée de l’ethnie Amhara aux forces de l’ancienne administration régionale. 

Par une tragique ironie, le gouvernement d’Ethiopie, l’une des premières nations à avoir signé la Convention sur le génocide de 1948, est actuellement accusé d’avoir permis et participé à des violences qui pourraient être assimilées à un génocide et à des crimes contre l’humanité.

Tout aussi ironique est le fait que l’avenir d’un prix Nobel qui professe le christianisme évangélique, est désormais inextricablement lié à celui du dirigeant dont le régime est réputé avoir commis des crimes contre l’humanité, y compris le crime de persécution religieuse qui vise en grande partie les chrétiens évangéliques érythréens.

Pour le dirigeant érythréen, Isais Afewerki, la guerre contre le Tigré est l’accomplissement d’une vendetta de longue date contre le Front de libération du peuple du Tigré (TPLF). Il a efficacement rallié à sa cause les dirigeants de l’Éthiopie et de la Somalie, aidé dans cette entreprise par l’antipathie que nourrit le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed à l’égard des dirigeants du Tigré et par ses ambitions de centralisation du pouvoir.

Continue reading “Massacres, famine et destruction gratuite : La communauté internationale doit agir rapidement pour sauver la région du Tigré en Éthiopie”

EU FoRB Day – Un appel au renouvellement du mandat de l’envoyé spécial pour la liberté de religion ou de conviction en dehors de l’Union européenne

Il y a sept ans, le Conseil des affaires étrangères adoptait les lignes directrices de l’UE sur la liberté de religion ou de conviction (FoRB). Aujourd’hui, la communauté qui œuvre pour la liberté de religion ou de conviction célèbre de manière informelle la “Journée FORB de l’UE” et la société civile saisit cette occasion pour demander le renouvellement du mandat de l’envoyé spécial.

En avril dernier, la Commission n’avait encore pris aucune décision sur l’avenir du mandat de l’envoyé spécial, qui avait pris fin le 30 novembre 2019.

En janvier 2019, le précédent parlement européen avait pourtant, dans une de ses dernières résolutions, apporter son soutien à ce renouvellement. Nonobstant la crise de la COVID-19, l’hésitation de la Commission envoie un signal aux Européens et à la communauté internationale sur sa réticence à continuer à promouvoir ce droit fondamental et ce, malgré les lettres émanant des députés européens et de la société civile demandant le renouvellement du mandat,

La liberté de religion ou de conviction est inscrite dans l’article 9 de la Convention européenne des droits humains et dans l’article 18 de la Déclaration universelle des droits humains. Elle protège le droit des individus à pratiquer la religion ou la croyance de leur choix, ou à n’en pratiquer aucune – une liberté qui est menacée dans de nombreuses régions du monde.

Continue reading “EU FoRB Day – Un appel au renouvellement du mandat de l’envoyé spécial pour la liberté de religion ou de conviction en dehors de l’Union européenne”

Un nouvel outil: Le régime global de sanctions de l’UE en matière de droits humains

Le 7 décembre, l’UE a officiellement approuvé la création de son tout nouveau mécanisme de défense des droits humains, le régime mondial de sanctions de l’Union européenne (UE) en matière de droits humains.

Il permettra au bloc européen d’imposer des interdictions de voyage à l’échelle de l’UE, de geler les avoirs et d’interdire la mise à disposition de fonds et de ressources économiques aux personnes et entités qui ont commis de graves violations des droits humains ou y ont été associées. Il visera les acteurs étatiques et non étatiques, quel que soit l’endroit où ils se trouvent dans le monde et où ils ont commis leurs crimes.

Ce mécanisme est officieusement connu sous le nom de “Magnitsky Act”, inspiré du modèle américain qui l’a précédé. Le Magnitsky Act américain a été signé par le président Barack Obama en 2012 et a avait été conçu à l’origine pour cibler les fonctionnaires russes responsables de la mort de l’avocat fiscaliste russe Sergei Magnitsky.

Le fait que ce mécanisme permette de cibler des individus spécifiques responsables de violations des droits humains pourrait avoir des implications importantes pour les individus dans de nombreux pays où travaille CSW. Par exemple, la loi américaine Magnitsky a été utilisée pour imposer des sanctions aux responsables de violations dans la région ouïghoure de Chine. Lors de la première désignation dans le cadre de son propre régime de sanctions, le Royaume-Uni a ciblé, entre autres, deux généraux militaires de haut rang du Myanmar (Birmanie) impliqués dans la violence systématique et brutale contre le peuple Rohingya et d’autres minorités ethniques, et deux organisations impliquées dans le travail forcé, la torture et le meurtre qui ont lieu dans les goulags de Corée du Nord.

Continue reading “Un nouvel outil: Le régime global de sanctions de l’UE en matière de droits humains”