Criminalisée, victime de meurtres et maudite : le sort de la communauté ahmadie du Pakistan

Le 11 février, Abdul Qadir, un médecin homéopathe ahmadi de 65 ans, a été abattu devant sa clinique dans le quartier de Bazikhel, à Peshawar, dans le nord-ouest du Pakistan. Ce meurtre est le dernier d’une série d’attaques à motivation religieuse contre les ahmadis, en particulier à Peshawar. 

L’année dernière, CSW a recensé au moins cinq autres cas de meurtres d’ahmadis, dont un incident au cours duquel un médecin de 31 ans, Tahir Mahmood, a été assassiné devant sa famille à son domicile de Murch Balochan, dans le district de Nankana Sahib, au Pendjab. 

Le fait que la communauté ahmadie du Pakistan soit depuis longtemps victime de harcèlement, discrimination, violence et autres violations des droits humains ne laisse guère de doute quant à la motivation religieuse de ces meurtres. On voit aussi clairement se dessiner un schéma selon lequel des médecins et des universitaires éminents ont été spécifiquement ciblés par les extrémistes. 

Il est fort probable que, dans une certaine mesure, ces personnes aient été tuées car elles occupaient des places importantes dans la société. Pour les extrémistes du pays qui refusent d’accepter les ahmadis comme musulmans, l’idée que des membres de ladite communauté puissent occuper des postes à responsabilité, par exemple dans des hôpitaux ou des universités, est sans aucun doute un affront à leur interprétation fondamentaliste de l’islam. 

Continue reading “Criminalisée, victime de meurtres et maudite : le sort de la communauté ahmadie du Pakistan”

Cherchez la vérité à tout prix : Un appel à la libération de Zhang Zhan à l’occasion du premier anniversaire de sa détention

« Nous devons chercher la vérité et la rechercher à tout prix. La vérité a toujours été la chose la plus précieuse au monde. Elle est/représente/symbolise toute notre vie ».

Ces mots ont été prononcés par la courageuse « journaliste citoyenne » chinoise et ancienne avocate, Zhang Zhan. Pour elle, être à la recherche de la vérité signifiait se rendre à Wuhan, en Chine, en février 2020, au tout début de la pandémie de COVID-19. Une fois sur place, elle a mis en ligne sur Twitter et YouTube – tous deux bloqués en Chine – des vidéos et des articles relatifs à la crise.

Les reportages de Mme Zhang, et en particulier ses interrogations sur la question de savoir si la réponse des autorités chinoises à la pandémie avait porté atteinte aux droits humains, ont, sans surprise, provoqué l’ire du Parti communiste chinois (PCC). Le 14 mai 2020, il y a un an, jour pour jour, elle est arrêtée par la police de Shanghai dans sa chambre d’hôtel à Wuhan et emmenée dans un centre de détention à Shanghai.

Elle a ensuite passé sept mois en détention, période au cours de laquelle sa santé et son bien-être ont suscité des inquiétudes à plusieurs reprises, d’autant plus qu’elle poursuivait une grève de la faim pour protester contre ses conditions de détention.

Continue reading “Cherchez la vérité à tout prix : Un appel à la libération de Zhang Zhan à l’occasion du premier anniversaire de sa détention”

« Personne n’est à l’abri des rafles » : La vie des Ouïghours dans la région chinoise du Xinjiang

La région autonome ouïghoure du Xinjiang, en Chine, connaît actuellement une crise des droits humains sans précédent. Entre un et trois millions de Ouïghours, Kazakhs et membres d’autres minorités ethniques, majoritairement musulmans, sont détenus sans chef d’accusation, ni procès dans des “camps de rééducation. Le billet de blog suivant est écrit par un expert de la culture ouïghoure et nous éclaire sur ce qu’est la vie pour ceux qui se trouvent dans la région

« Imaginez un monde où l’on épie chacun de vos gestes. Où les personnes que vous rencontrez, celles à qui vous rendez visite et même vos conversations sont surveillées. Où l’on peut vous contraindre à descendre d’un bus, interrompant votre voyage ou vous forcer à sortir de votre voiture à un poste de contrôle. Où vos biens, votre identité, votre visage, vos empreintes digitales et votre iris sont scannés plusieurs fois par jour, et où le contenu de votre téléphone peut vous envoyer en prison pour le reste de votre vie. 

Telle est la nouvelle réalité pour plus de 10 millions de Ouïghours dans la province du Xinjiang, au nord-ouest de la Chine, depuis que l’ancien gouverneur du Tibet, Chen Quanguo, a été appelé à en prendre la tête. En effet, Xi Jinping et le Parti communiste chinois considèrent Xinjiang comme la deuxième province la plus problématique de Chine depuis 2017.

Continue reading “« Personne n’est à l’abri des rafles » : La vie des Ouïghours dans la région chinoise du Xinjiang”